Chronique :  » La seule chose qui compte vraiment  » – Nathalie Somers.

Genre : Jeunesse

Editeur : Fleurus

Année de sortie : 2016

Nombre de pages : 237

Ma note : 16/20

couv41926039

Synopsis : « Debout devant le miroir des vestiaires, je scrutais d’un oeil morne la silhouette longiligne et dégingandée qui me faisait face. En quelques mois, j’avais poussé à la vitesse d’un bambou sauvage bien arrosé. Mes yeux vert-gris, seule caractéristique physique que je trouvais en moi acceptable (contrairement au reste qui était d’une banalité affligeante), paraissaient perdus au milieu de cette figure qui n’en finissait pas. Comme d’habitude, je me trouvais très moche. Ce n’était pourtant pas là le sujet de mon inquiétude. Cette fichue puberté, que j’avais presque oubliée à force de l’attendre, me rattrapait soudain au pire des moments. Comme si la vie n’était pas assez difficile, voilà qu’elle se dressait, obstacle inéluctable, entre moi et le but que je m’étais fixé ». Lise a 15 ans, une mère superficielle et une volonté farouche de devenir championne de gymnastique. Parviendra-t-elle à atteindre le but qu’elle s’est fixé ?

Mon avis : Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Fleurus pour l’envoi de ce livre. Le synopsis de ce roman m’a interpelée car je ne lis pratiquement jamais de livres où l’histoire a un lien direct avec le sport ; je voulais donc tenter l’expérience.

Nous trouvons entre ces pages, une jeune fille de quinze ans, elle est en troisième et elle rêve de devenir championne de gymnastique. La puberté touche notre personnage de plein fouet et tout ne va pas se passer comme elle l’avait imaginé..

J’ai complétement craqué sur le personnage de Lise, c’est une fille qui ne connait pas réellement l’amour qu’un enfant peut recevoir car elle ne connait pas son père et sa mère ne s’occupe pas d’elle, cette dernière préférant s’occuper de ses différentes relations amoureuses.  Lise ne vit donc que pour la gymnastique,  j’irais même jusqu’à dire que ce sport lui procure sa dose de bonheur. Nous voyons Lise grandir et évoluer au fil des pages que l’on tourne, bien trop vite.

Vincent est un personnage auquel je me suis beaucoup attaché au fil du roman. La relation qu’il entretient avec elle est simple et belle à lire. Cette relation évolue au fil du roman. Grâce à Vincent, Lise prend confiance en elle, passe de l’adolescence à la vie adulte. Cette histoire est un magnifique chemin que ces personnages font ensemble pour notre plus grand plaisir.

Deux thèmes importants sont abordés dans ce roman, tout d’abord l’amitié durant l’adolescence.

Lise a une meilleure amie, Marie, leur amitié évolue aussi au fil du roman. On s’aperçoit très vite que cette amitié contient beaucoup de jalousie, de rivalité. L’une souhaite toujours être meilleure que l’autre, ce qui pose beaucoup de soucis à cette amitié.

Puis, vient le thème qui m’a le plus plu dans ce roman, l’absence d’un père. Effectivement, Lise ne connait pas son père, elle ne sait pas ce que c’est de recevoir de l’amour paternel, elle ne sait pas ce que c’est que d’avoir un père présent, qui la rassure, qui vient l’applaudir lors de ses compétitions. Cet aspect là du roman m’a beaucoup touché. Peu à peu, Lise va commencer à combler ce vide et va pouvoir grandir grâce à cela.

Au début de ma lecture, je ne pensais autant aimer ce roman, finalement, ce n’est pas une lecture si légère que cela au vu des thèmes qu’elle aborde, je me suis sentie, à la lecture de certains passages très concernée par la vie de Lise.

La fin m’a un peu surprise, je m’attendais à quelque chose de plutôt sombre et j’ai été très heureuse que cette histoire se termine de la sorte. Je me suis réellement demandé tout au long du roman si Lise allait parvenir à affronter les difficultés que l’on rencontre à l’adolescence.

En conclusion, cette histoire été une bonne découverte avec des pages qui se sont tournées trop vite, j’aurais aimé rester un peu plus longtemps dans l’univers de Lise. Tout simplement, je vous recommande ce livre car il montre bien que même quand tout devient noir, tout peut changer grâce à une lueur d’espoir.

 

Laisser un commentaire

Préparation à l'agréga... |
Leslescturesdeflaureanne |
Lespetitscarnetsdhonorine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au-delà des mots
| Gallouread
| Aeternam Journal